Portrait de marchand : Nathalie Dupuis

Cette semaine, nous sommes allés rencontrer Nathalie Dupuis. Très attachée à la liberté de ses choix, cette marchande vous invite à découvrir son stand dans lequel la chaleur du bois brut cohabite avec les émaux colorés des céramiques choisies avec soin.

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé par un cursus universitaire de 5 ans en histoire de l’art avec un passage en Italie, puis j’ai travaillé dans l’édition d’art. J’ai ensuite occupé le poste d’assistante de conservation au département XIXème du Musée des Arts décoratifs durant 13 ans. J’ai beaucoup travaillé sur la collection de céramiques du musée, en m’intéressant à toutes les époques. Au bout d’un moment, j’ai voulu changer de métier et je me suis orientée vers le marché de l’art. C’était pour moi un moyen naturel d’exploiter mes connaissances tout en exerçant une autre profession. J’ai donc fait une formation au cours de laquelle j’ai pu apprendre les aspects juridiques du métier. J’ai fait mon stage chez un marchand, et cela m’a permis de connaitre le terrain et de comprendre ce qu’était la réalité des achats et des ventes. Il m’a emmenée partout, j’ai beaucoup observé.

Un jour, un marchand de Paul Bert Serpette m’a proposé un stand. J’ai donc tenté l’aventure et je me suis prise au jeu. Rapidement, j’ai eu une clientèle très curieuse de la céramique. L’accueil des marchands a été très chaleureux et je me suis rapidement sentie à ma place. C’est ma nouvelle vie, mon nouveau métier et je l’aime beaucoup.

Présentez-nous votre stand ?

J’ai beaucoup de céramiques mais je trouve prétentieux de dire que c’est ma spécialité. J’apprends tous les jours, c’est un peu comme si je tirais un fil. Plus on achète, mieux on connait, et plus on connait mieux on achète. Je me plais à explorer des choses que je connais moins comme la céramique italienne, et que finalement je commence à connaitre de mieux en mieux. J’ai aussi des pièces Art Nouveau. J’expose également du mobilier, car la céramique et le bois fonctionnent très bien ensemble. J’ai un goût porté davantage vers le bois massif des années 1960 aux années 1980. Mon stand me permet d’être libre de mes choix, il y a beaucoup de champs à explorer.

Que représente Paul Bert Serpette pour vous ?

Paul Bert Serpette est un lieu où l’on ne cesse d’approfondir ses connaissances. C’est un excellent endroit aussi bien pour acheter que pour vendre. C’est une plaque tournante importante, il y a beaucoup de passage international. On y fait de nombreuses rencontres, on ne s’ennuie pas. Ici, il y a autant de marchands que de façons de faire.

Quelle pièce de votre stand souhaitez-vous mettre en avant ?

Je présente une sculpture en céramique des années 1970, réalisée par Paul de Ghellinck. C’est un artiste français d’origine belge qui vivait dans le sud de la France et qui a commencé par faire de la céramique puis a travaillé le bois et le bronze. Il a réalisé des œuvres monumentales pour la ville de Chambéry. Cette pièce représente bien mon goût du moment qui se porte de plus en plus vers les céramiques d’art. J’aime le côté pièce unique, et le fait qu’un artiste utilisant plusieurs media s’exprime ici à travers celui de la céramique.

http://www.paulbert-serpette.com/antiquaires/nathalie-dupuis