Manufacture d'armes de Charleville

En 1667, un réseau de récupération d'armes fabriquées par de multiples artisans autour de Charleville est créé par le ministre Louvois. Officialisée en 1675, la manufacture d’armes de Charleville devient la première manufacture d’armement français. Bien que située à Charleville dans les Ardennes, elle emploie de multiples ateliers de la vallée de la Meuse, notamment à Nouzon. En 1688, le privilège de « manufacture royale » est octroyé à l’ensemble des armuriers de la ville, particulièrement à Victor Fournier, dont la production est réservée au roi. En 1717, le premier modèle de fusil officiel et réglementé de la manufacture paraît. Suivent les fusils produits en 1743, puis 1746, 1754, 1763, 1766, et le célèbre modèle de 1777. La Révolution provoque le changement de nom de la ville en « Libreville », abandonné en 1800. La manufacture connait son apogée sous Napoléon Ier. En 1816, la Restauration réduit considérablement la production d’armes et se concentre sur des armes d'exception comme les fusils des gardes du corps du Roi. Jugée trop près de la frontière, la manufacture est fermée en 1836. Spécialisée dans les armes à feu, ses modèles sont aujourd’hui très recherchés par les collectionneurs.