Mategot, Mathieu

D’origine hongroise, Mathieu Mategot arrive en France à 19 ans. Après avoir travaillé aux Galeries Lafayette, il est embauché chez un éditeur de meubles en 1933, il y dessine anonymement un mobilier en rotin, élément qu’il est l'un des premiers à remettre à l'honneur. Engagé volontaire dans l'armée française  en 1939, il est fait prisonnier. Envoyé dans une usine fabricant des accessoires mécaniques, on le réquisitionne pour travailler la tôle, matériau qui séduit dès lors Mategot. A la fin de la guerre, il fonde son atelier de décoration. Il fait breveter le rigitulle, procédé qui consiste à plier la tôle en accordéon pour en augmenter la résistance. Mêlant design et décoration, il conçoit un mobilier en tôle qu’il mêle à des matériaux traditionnels comme le bois ou le rotin et des matières plus innovantes dans le monde du design le verre, le Formica, le cuir, citons par exemple la chaise Tit Mellil. Sa chaise à trois pieds, Nagasaki, conçue vers 1950, sera son modèle le plus célèbre.