Saint Louis (Cristallerie)

La première origine de la cristallerie de Saint-Louis date du déménagement de la verrerie de Holbach à Müntzthal en 1586. En 1767, la verrerie de Müntzthal devient la verrerie de Saint-Louis sous privilège royal. En 1781, Saint-Louis découvre le cristal. Dans les années 1820, la cristallerie prend le nom de « Compagnie des Verreries et Cristalleries de Saint-Louis ». Entre 1830 et 1857, Saint-Louis s’allie avec Baccarat. Le lustre devient un incontournable de cristallerie. Le cristal coloré se développe dès 1837, devenant avec le cristal superposé en 1844 les grandes inventions de Saint-Louis. À partir de 1867, Saint-Louis participe aux expositions universelles. Vers 1870, la gravure à l’acide est pleinement maitrisée. La fin du XIXème et le début du XXème siècle voient l’apogée des décors à l’or de la cristallerie, se mêlant aux goûts de l’Art nouveau. Saint-Louis rentre dans l’ère de l'Art déco dans les années 1930 grâce à Jean Sala et Jean Luce. Les années 50 sont marquées par la modernisation des anciens modèles comme le vase Versailles. Entre 1989 et 1993, Saint-Louis est racheté par le groupe Hermès et entre l’ère du design avec le service Bubbles. Les années 2000 sont marquées par de grands services comme les services Omni (2002), Extravagance (2004) ou encore Lydée (2008).