Ivoire

Sous l’Antiquité, le commerce de l’ivoire commence. De nombreuses sculptures ont été le fait du pouvoir impérial durant l’empire byzantin, comme l'ivoire Barberini représentant l'empereur Justinien, aujourd'hui conservé au Louvre. L’ivoire est rarement utilisé au début du Moyen Âge du fait des routes de commerces parfois interrompues, et doit attendre le XIIIème siècle pour se répandre dans le royaume de France. La sculpture en plaque d’ivoire est réservée à une clientèle de luxe, essentiellement royale, princière et religieuse. L’ivoire travaillé par les artistes ivoiriers est peint de divers pigments et matières précieuses comme l’or et le lapis-lazuli.



Avec le XVème siècle et les grandes découvertes, on commence à collectionner les sculptures en ivoire asiatique. Dès 1628, la France ouvre un comptoir au Sénégal  via le port de Dieppe qui réalise une statuaire très fine au succès immédiat.



Du XVIIème à la fin du XIXème siècle de nombreuses sculptures sont réalisées dans ce matériau, elles sont le plus souvent religieuses. Durant le XXème siècle, la sculpture chryséléphantine associa l’ivoire à d’autres matériaux comme le bronze. L’ivoire d’aujourd’hui est un interdit à la vente car il provient d’animaux en voie de disparition, ce qui n’empêche pas la collection de l’ivoire pré-convention, c’est-à-dire avant 1975.