Jardinières, cache-pots

La jardinière existe depuis l’Antiquité romaine. Le cache-pot est un récipient cachant un pot de fleur et destiné à l’extérieur tandis que la jardinière sert à la fois de cache-pot et de pot pour l’intérieur des demeures. L’idée d’installer des fleurs dans un intérieur est typique des idées de décoration à l’Antique. Il paraît donc normal de retrouver des jardinières à la Renaissance. D’abord sous la forme de vasques, de pots de fleurs, elles paraissent ensuite sous la forme de meubles décorés creux et garnis d’un bac en tôle à la fin du XVIIIème siècle. La jardinière en tant que meuble se généralise. Elle arbore de plus en plus de complexité au niveau de son décor. Il existe aussi des jardinières dites « à poser », en argent comme celles de Cardeillac ou reprenant les matériaux des meubles comme celles de Matégot au XXème siècle. De nombreuses jardinières sont en céramique venant de Sèvres ou de Minton, manufacture britannique, ainsi qu’en verre comme en a produit la maison Jansen. Le style Napoléon III a un impact important sur ce type d’objets avec l’apogée des grandes verreries et vérandas. Au XXème siècle la jardinière peut également se suspendre
850 €
Napoléon III, Jardinières, cache-pots, XIXe siècle
Prix sur demande
Jardinières, cache-pots, XXe siècle
2800 €
Céramique, Jardinières, cache-pots, XIXe siècle, Massier (Dynastie)
Prix sur demande
Jardinières, cache-pots, XXe siècle
Prix sur demande
Jardinières, cache-pots, Antiquités, XIXe siècle
Prix sur demande
Jardinières, cache-pots, XIXe siècle
Vendu
Jardinières, cache-pots, XXe siècle
Vendu
Vendu
Art nouveau, Art Déco, Jardinières, cache-pots, XXe siècle
Vendu
Vendu
Design 50-60, Jardinières, cache-pots, XXe siècle
Vendu
Vendu
Jardinières, cache-pots, Design 60-70, XXe siècle
Vendu
Vendu
Jardinières, cache-pots, Design 80-90, XXe siècle
Vendu