Carlo Zauli

Sculpteur et céramiste, Carlo Zauli (1926-2002) fut l’un des artistes les plus marquants de la seconde moitié du XXe siècle en Italie. Dès les années 1950 et jusqu’à la fin du siècle, il a contribué à faire revivre la céramique italienne, à la porter sous les feux de la rampe internationalement et à la libérer de ses fonctions purement utiles ou décoratives. Plusieurs fois vainqueur du fameux prix de Faenza (1953, 1958 et 1962). Il a souvent été exposé en Italie et à l’étranger (Europe, Japon, Russie, Etats-Unis). Il réalise des œuvres monumentales prestigieuses pour des bâtiments publics et des résidences privées.



Formé par Domenico Rambelli et Anselmo Bucci à l'Institut d'Art "Gaetano Ballardini" de Faenza (où il a ensuite enseigné de 1958 à 1978), Zauli a affiné sa vocation artistique en fréquentant des peintres et sculpteurs d'après-guerre tels que Gio et Arnaldo Pomodoro, Lucio Fontana, Floriano Bodini, Giuseppe Capogrossi, Afro et bien d'autres, ainsi que les céramistes Albert Diato et Nanni Valentini.



En 1950, en partenariat avec Unberto Zannoni notamment, il construit son premier four dans la Nuova Ca’Pirota, à Faenza. Cette villa deviendra son propre atelier et renferme aujourd’hui le musée Carlo Zauli. Il commence des recherches originales qui révèlent immédiatement son talent créatif, sous la forme de panneaux et surtout de vases aux formes asymétriques, aux couleurs étincelantes, aux émaux très particuliers. Il créé une imagerie dans laquelle sont conciliés la figuration rupestre, l’abstraction géométrique et autres suggestions informelles. Ces créations en céramique valurent à l'artiste de prestigieux prix officiels et de nombreuses commandes de l'étranger.



Elles cèdent progressivement la place à une expérimentation technique intense dans la seconde moitié de la décennie, aboutissant à l'utilisation quasiment exclusive du grès. Il s'agit d'une recherche de nouveaux pigments, jusqu'à la mise au point du prestigieux "Bianco Zauli", une glaçure à la brillance veloutée. Aux couleurs brutes et aux formes torsadées de la première période a suivi une recherche rigoureuse visant à l’essentiel. Il s’agit de créations caractérisées par une élégance rare, d'influence scandinave, qui annoncent déjà les développements plastiques futurs.



Sa vocation sculpturale née au milieu des années 1960. Monumentales ou de formats plus modestes, ses œuvres sont toujours empruntes d’une grande vigueur. Les formes libres et l’expressionnisme abstrait se marient dans ces créations particulières.