Oppenordt, Alexandre Jean

Alexandre-Jean Oppenordt est né vers 1639 à Gueldre, ville des Pays-Bas, alors sous domination espagnole. Il vint se fixer à Paris au début du règne de Louis XIV et travaillait dans l'enclos privilégié du Temple, lieu où des ébénistes pas encore reçus à la maîtrise pouvaient exercer leur métier.



Il épousa une Française du nom de Judith Favier, qui lui donna trois enfants et dont un seul lui survécut, Gilles-Marie Oppenordt, le célèbre architecte et ornemaniste de la Régence et obtient en 1679, il obtint sa naturalisation. En mars 1684, il reçut un logement aux galeries du Louvre, preuve de la reconnaissance royale et commença à travailler pour le service des Bâtiments du roi.



Cette même année, il fut payé 3600 livres pour "douze cabinets de marqueterie qu'il a faits pour les médailles de Sa Majesté, à raison de 300 L chacun". Ces cabinets furent placés à Versailles dans les niches du cabinet des Curiosités aussi appelé cabinet des Médailles et furent complétés par un bureau somptueux dessiné par Berain (au prix de 6500 L) et quatre autres cabinets de bois de violette.



Devenu ébéniste ordinaire du Roy, il habitait rue Fleury près de Saint-Germain l'Auxerrois et devant l'horloge Saint-Honoré.



Entre 1684 et 1686, il exécuta le parquet de la petite Galerie de Louis XIV à Versailles. Il travailla également pour Louvois, réalisant deux cabinets en pietra dura qui seront mentionnés dans l'inventaire après décès de ce dernier en 1693. Un dessin de Bérain représentant un projet de cabinet de pietra dura aux armes de Louvois est sans doute le seul témoignage que nous possédions de ces deux œuvres. Il atteste encore une fois de la collaboration entre Bérain et Oppenordt. Cela autorise à attribuer à Oppenordt, l'exécution de deux œuvres dessinées par Berain : la commode en sarcophage de la Wallace Collection réalisée d'après une gravure de Berain datable, selon Jérôme de la Gorce, vers 1690-1695 et le sol en marqueterie d'écaille du carrosse royal de Stockholm exécuté à Paris en 1696.



On voit que, dans les années 1690, en raison des manques de crédit dûs à la guerre contre la Ligue d'Augsbourg, les commandes issues du service des Bâtiments du roi sont arrêtées mais qu'Oppenordt continue de toucher ses gages de 30 L en tant que menuisier du roi. Ses trente dernières années d'activité sont méconnues, mais l'on sait qu'il les consacre à une clientèle privée, parmi laquelle figurait probablement le comte de Toulouse, père du duc de Penthièvre. Son activité semble avoir cessé peu de temps aprés 1705, date à laquelle il est cité pour avoir contribué aux embellissements de l’hôtel que le Prince de Condé possédait à Versailles. Alexandre-Jean Oppenordt mourut à Paris le 16 avril 1715.