Les arts de la table

2020
Paul Bert Serpette

Depuis la Grèce Antique, la culture du banquet a vu naître canthares, cratères et amphores pour le service du vin et divers plats nécessaires à la cuisson et la conservation des aliments. La notion d’individualité n’existant pas lors des repas, vaisselle, couverts et verres apparaîtront bien plus tard au fil des siècles. Cap sur les arts de la table avec Paul Bert Serpette. 

 

La nappe du Moyen âge

La table du Moyen-âge prend une nouvelle dimension et possède une connotation très religieuse, notamment avec l’apparition de la nappe. A la fois utile pour cacher les tréteaux et s’essuyer, la nappe présente un rôle symbolique par sa couleur blanche, faisant allusion à la nappe de l’autel des sacrifices. Les hommes mangent sur des tranchoirs et divers plats, objets à boire et ustensiles de cuisine sont mis à profit, fabriqués en terre-cuite ou en grés.

 

Renaissance et déclinaison de vaisselle

La vaisselle sublime les cuisines et les tables de l’aristocratie distinguant vaisselle d’office pour la préparation des mets, la vaisselle de table pour les convives et la vaisselle d’apparat destinée à être uniquement exposée.

Le verre remplace le gobelet et se décline selon son contenu : eau, vin… Les couverts s’imposent progressivement, l’assiette voit le jour et amorce le couvert individuel. L’écuelle était jadis collective, l’assiette, quant à elle, est personnelle. La table est désormais dressée avec des couverts de matière identique et si possible le même décor. Il faudra néanmoins attendre les soupers de cinq ou six services de Louis XIV pour que couverts et assiettes deviennent usuels.

 

XVIIIème siècle, Louis XIV et l’art de la table à la française

Sous le règne de Louis XIV, il est important de montrer sa puissance et cela passe également par le rayonnement de la cuisine française. Cette dernière doit ainsi être sublimée par des arts de la table aussi raffinés que somptueux. Apportée par les Médicis, la serviette orne la table, les assiettes en métal ou céramique laissent très vite place à la porcelaine, fruit des relations avec la Chine, seule à détenir la recette de la porcelaine dure. Les verres en cristal travaillés s’invitent à la fête mais ne sont pas encore posés sur la table.

Les nobles s’attachent à la sophistication des bonnes manières et des arts de la table. Serviettes et verres sont posés sur la table nappée, les couteaux et fourchettes à trois dents sont placés à droite de l’assiette. Objets décoratifs et fleurs en soie, lin et velours ornent le centre de table. Chaque plat est disposé de manière symétrique, donnant ainsi jour au service à la française, tradition que Versailles fera rayonner à travers l’Europe.

 

XIXème siècle, la bourgeoisie intensifie la demande

Inspirés par la noblesse, les bourgeois du XIXème siècle prennent rapidement goût aux arts de la table mais le peuple continuera encore quelque temps à manger à la cuillère. Le XIXème, c’est ainsi l’apogée de grands noms des arts de la table, l’ancienne verrerie Saint-Anne devient une cristallerie, intronisant les débuts de la prestigieuse Compagnie des Verreries et Cristalleries de Baccarat… Christofle, Saint Louis et Baccarat participeront ainsi à l’effervescence créative de l’époque liée à la demande grandissante.

Les inventions se multiplient, couverts à poisson, cuillère à thé, assiettes à huîtres… La cristallerie Saint Louis innove, Christofle devient le fournisseur de Louis-Philippe puis de Napoléon, Baccarat honore également des commandes royales.

Toutes ces créations subliment encore nos tables aujourd’hui, classiques, bohèmes ou graphiques… Les arts de la table sont le reflet de l’art de vivre à la Française, gage de plaisir et de convivialité.