Dans l’œil d’Alban Ferrari : la Chauffeuse CM194 par Pierre Paulin

Véritable afficionado du modernisme des années 50, Alban Ferrari a fait du travail de Pierre Paulin un véritable cheval de bataille et nous parle de ces réalisations avec une ferveur telle que les néophytes en deviendraient presque spécialistes. Cette semaine, découvrez la CM194 dans l’œil d’Alban…

 

« Pierre Paulin (1927-2009)
Pierre Paulin est l’un des grands designers Français de la seconde moitié du XXème et fut d’ailleurs sujet d’une rétrospective au Centre Pompidou en 2016. Il commence son travail au début des années 50, en parallèle de Pierre Guariche ou Joseph-André Motte et sa philosophie dans son dessin de mobilier consiste à proposer « l’utile pour le plus grand nombre ». Il créé donc pour la classe moyenne et s’intéresse, assez rapidement, aux sièges. 

Principalement édité par Thonet dans les années 1950, son travail fleurte avec le « less is more » de Miss Van Der Rohe. Le bureau CM141, que j’ai déjà présenté, en est un exemple parfait : simplicité et modernité. J’aime parler de paternité entre les modernistes des années 20-30 et la génération des jeunes designers français des années 50, véritables héritiers de l’Union des Artistes Modernes (U.A.M.). 

A partir des années 1960, Pierre Paulin travaille principalement pour Artifort, un éditeur hollandais et réalise par la suite des aménagements du Palais de l’Elysée sous Georges Pompidou dans les années 70 puis certaines pièces du bureau personnel de François Mitterrand dans les années 80… Sa période de création s’étend donc sur une longue durée, chose peu courante pour un designer français de l’époque. Au fil des années, Paulin a su se réinventer et adapter son style fixant à chaque décennie des pièces devenues iconiques. En 1960, il a d’ailleurs reçu le prix René Gabriel, LE prix français pour les designers de mobilier.

 
Très sensible au modernisme, j’ai forcément développé un grand intérêt pour Paulin, l’une des figures centrales des années 50. Ses dessins de mobilier résument, à mon sens, parfaitement le côté utilitaire et l’aspect minimaliste de ce courant. J’essaie de chiner, à minima, un exemplaire de chacune des réalisations de Pierre Paulin des années 50.

 

La CM194, un modèle précurseur et transitoire 
Sortie en 1959, la chauffeuse CM194 est un modèle très important dans l’histoire du travail de Pierre Paulin qui marque la parfaite transition entre ses créations des années 50 et 60. Sa spécificité : la structure en métal est recouverte d’un tissu préfabriqué spécialement conçu pour englober le métal à la manière « d’une chaussette que l’on enfile ». Très porté sur la technicité des textiles, Paulin a effectivement développé toute une recherche sur les tissus pour ses modèles. Il continuera d’ailleurs de développer et d’exploiter cette technique chez Artifort, ce qui inspirera beaucoup d’autres designers et ouvrira la porte aux formes plus arrondies qualificatives des années 60.  

Avant-gardiste dans sa volonté d’effacer le superflu et masquer la structure afin de valoriser l’aspect confortable et utilitaire du siège, la chauffeuse CM194 est donc un modèle précurseur dans la réflexion minimaliste du designer. Editée par Thonet France, elle porte un nom spécifique, propre à l’éditeur. En effet, seul Thonet intègre la nomenclature « CM » avant ses numéros de série.  Les numéros se suivent quant à eux en fonction de la chronologie de création. 

 

Un artisan tapissier a entièrement restaurées les chauffeuses et mon choix s’est porté sur le tissu Tonus jaune de la marque danoise Kvadrat. N’existant pas encore en 1959, à la création de la CM194, Kvadrat est née en 1968 et travailla avec Artifort pour habiller certaines pièces iconiques de Pierre Paulin. Au-delà de représenter l’espoir, le jaune a été nommé couleur de l’année par le magazine Pantone. C’est un coloris que j’affectionne particulièrement et qui était également très utilisé à l’époque (voir archive de publicité). Ce tissu embrasse les époques, entre respect de la réalisation initiale du modèle et tendance contemporaine… »

 

Nouveaux objets de Circa 51