Dans l'œil de Jean-Eudes Julhiard : Un marbre signé Achille Alberti

Amoureux de la sculpture et fervents romantiques, cette semaine, Jean-Eudes Julhiard poétise notre journée avec un marbre signé Achille Alberti. Captivante tant par sa technique de réalisation que son émouvante gravité, cette sculpture est à l’image du stand, empreinte de caractère…

 

Célèbre sculpteur d’origine milanaise, Achille Alberti (1863-1943) étudia à l’Académie des Beaux-Arts de Brera où il enseignera plus tard. Il consacre son début de carrière à la réalisation de sculptures, monuments et ornements de tombes aux thèmes sociaux qui lui permirent d’acquérir une notoriété internationale. L’année 1891 marque sa consécration puisqu’il reçoit deux prix à la Triennale de Milan pour sa sculpture en bronze inspirée de thèmes dantesques intitulée Ignavia, exposée aujourd’hui à la Villa Ottolini-Tosi à Busto Arsizio. Présenté à l’Exposition Universelle de Paris en 1900, son travail fut fortement remarqué. En 1901, il réalise de grandes statues pour la façade de la Bourse de Milan.

 

La sculpture présentée ici est signée et datée de 1915. La finesse des drapées, les mains remarquables, couplant tension et douceur nous montrent la virtuosité technique d’Achille Alberti. Mais l’aspect le plus marquant reste l’attitude bouleversante du visage. Le marbre à la pureté absolue met en valeur toute son intensité dramatique. Ce buste me touche, la volupté des courbes, la douceur du matériau, la finesse des traits et l’expression qu’il s’en dégage… Il n’est parfois pas la peine de chercher trop loin, le beau se suffit à lui-même !

 

Toutes ces caractéristiques font de cette sculpture, une œuvre d’une grande présence, qui pourrait même nous faire penser au travail d’Adolfo Wildt, artiste inclassable influencé par la Sécession viennoise et l’Art Nouveau…

 

 

 

 

Nouveaux objets de Jean-Eudes Julhiard