Dans l’œil de Laurence Vauclair : La poésie des lampes d’Accolay

Spécialiste reconnue de la céramique du XIXème siècle et portant haut les couleurs du jardin d’hiver, la Galerie Vauclair nous en propose cette semaine une autre facette. L’esprit du vintage des années 70 flotte en ce moment sur le stand de Laurence Vauclair qui nous présente aujourd’hui un exceptionnel ensemble de lampes réalisées par la manufacture d’Accolay :

« Nous avons eu l’opportunité d’acquérir un exceptionnel ensemble de lampes d’Accolay. Les abat jour en résine sont réalisés avec des inclusions de feuillage, de fleurs et de papillons qui étaient très à la mode dans les années 70. Ces lampes ont été fabriquées grâce à un procédé complexe et innovant à l’époque. L’artisan fabriquait dans un premier temps un moule en plâtre lui servant à couler la résine qui formera l’abat-jour. Les éléments décoratifs préalablement séchés sont alors posés en veillant à éviter les bulles d’air. La résine est ensuite coulée une seconde fois, le moule est cette fois-ci volontairement accidenté dans le but de créer des variations d’épaisseur dans la résine pour obtenir des nuances dans la lumière. La résine intérieure reste à l’état brut afin de faire ressortir les éléments décoratifs. La résine de l’extérieur de l’abat-jour, quant à elle, doit être polie afin de devenir transparente et ainsi laisser apparaitre la faune et la flore immortalisées. Les artisans d’Accolay savent jouer avec les variations de la lumière, les socles sont eux-mêmes émaillés au pinceau afin de créer des reflets.

Les pièces que nous présentons sont d’une qualité exceptionnelle, par leur taille et leur couleur beige, qui leur confère un aspect très doux. Autre particularité, certaines lampes possèdent un piétement ajouré et incrusté des mêmes inclusions présentes sur les abat-jour, qui donne un esprit encore plus naturaliste à l’ensemble. Une ampoule est placée dans le socle afin que les pièces de résine teintées laissent rayonner la lumière. La dextérité avec laquelle elles sont fabriquées est magnifique.

Une idée nouvelle du jardin d’hiver

L’esprit floral de ces lampes nous a donné envie de créer un jardin d’hiver vintage. En présentant ces pièces, nous avons à cœur d’élargir l’idée du jardin d’hiver XIXème, en mixant les styles et en lui donnant une touche 70s. Avec ces lampes, c’est un peu de nature qui rentre à l’intérieur de chez soi.

Les herbiers de mon enfance

J’ai tout de suite eu un faible pour ces lampes car elles m’ont rappelé les herbiers que je faisais avec ma maman. J’avais l’impression de me retrouver avec elle, en train de ramasser des feuilles dans la forêt. Nous faisions beaucoup d’herbiers en automne, le processus était très complexe pour faire sécher les feuilles. Ces souvenirs ont fortement contribué dans ma décision d’acquérir ces pièces, c’est seulement ensuite que j’ai pu apprécier le côté technique, puis c’est la marchande qui a parlé ! »