Dans l'oeil de Patrick Serouge : Les Fleurs de Besler

Chez Patrick Serouge, le temps se fige et vous glisse entre les doigts… Entre mappemondes, plans anciens, estampes japonaises et autres épreuves zoologiques anciennes, fleurissent les gravures botaniques. Cette semaine, Patrick Serouge met en avant une rarissime eau-forte originale provenant de l’Herbier de Besler.

Cette gravure originale est tirée du célèbre « Hortus Eystettensis » ou « Herbier de Besler », publié en 1613. Son éditeur, Basilius Besler était médecin, botaniste et éditeur allemand.

Cet ouvrage est composé de 367 planches représentant les plantes du jardin du Prince-Evèque Johann Konrad von Gemmingen (1561-1612) à Eichstätt, dans l’ordre des saisons de floraison. Plus de 1000 figures botaniques y étaient représentées. La réalisation de cette entreprise colossale pour l’époque s’étale sur 15 ans et avec la collaboration de plus de six graveurs différents dont le plus important était Wolfgang Kilian.

C’est un recueil extrêmement rare puisqu’il n’existait qu’une trentaine d’exemplaires colorés de ce format dit « royal » (56,5 x 44,2 cm).

Cet ouvrage est indéniablement ce qu’il s’est fait de mieux au XVIIème siècle. Personne n’avait édité quelque chose d’un aussi grand format. Il constitue la plus belle collection qui existe, les couleurs et les traits sont d’une qualité exceptionnelle. Sur quatre siècles, on peut dire que c’est ce qui a été réalisé de plus beau ! Cet herbier fait véritablement état des connaissances botanique de l’époque et montre bien la fascination et la curiosité suscités par toutes ces espèces de plantes.

L’ensemble est magnifiquement descriptif, ce qui a même permis la reconstitution du jardin épiscopal d’Eichstätt en 1998.

 

En savoir plus...