Alexis Allegro, une passion en argent massif

Alexis Allegro, a passion in sterling silver
Alexis Allegro, a passion in sterling silver

Quand Alexis parle d’orfèvrerie, ces yeux brillent autant que tous les trésors réunis sur son stand. Des formes les plus épurées aux plus extravagantes, les pièces proposées par ce jeune antiquaire talentueux sont signées de la main des plus grands orfèvres français et du monde entier. Ici, tout ce qui brille n’est pas d’or, mais sans nul doute rare et de grande qualité…

Quel est votre parcours ?

Dès mon enfance, j’accompagnais mes parents amateurs de brocantes, durant leurs week-ends de chine. C’est un univers qui m’a toujours passionné.

Quand je suis arrivé à Paris pour faire des études dans l’immobilier, j’ai rapidement découvert les Puces. J’ai été vendeur pour de nombreux marchands dans le but de payer mes études et c’est ainsi que j’ai découvert ce milieu de l’intérieur. J’ai remarqué que l’on pouvait vivre de ce métier et j’ai arrêté mes études à la fin de mon master pour me lancer dans les antiquités.

Quel est votre spécialité ?

Je propose des objets en argent massif, des pièces d’art de la table, mais également des éléments décoratifs qui n’ont pas d’utilité propre. Dans ma sélection, je fais le choix de la qualité et de la rareté. Je présente une grande diversité d’objets qui viennent du monde entier, je voyage beaucoup et j’aime chiner à l’étranger. Sur mon stand, vous trouverez de l’orfèvrerie de 1800 jusqu’aux années 80. Je n’ai pas envie de m’enfermer dans une seule période, car il y a des choses magnifiques dans toutes les époques. J’aime offrir un peu de tout à mes clients en quête d’inattendu, d’objets atypiques qu’ils ne trouveront pas ailleurs et qui donneront la parfaite touche finale à leur décoration.

Qu’aimez-vous dans l’orfèvrerie ?

L’orfèvrerie donne une touche de subtilité et de raffinement à un intérieur. J’aime la préciosité de la matière et la multitude de formes que peut prendre un type de pièce. Cela m’amuse beaucoup. Tous les jours, on peut découvrir un nouvel objet, j’aime ce côté inattendu. Quelque fois, même après avoir effectué des recherches sur un objet, le mystère reste entier sur son utilité.

Comment vous êtes-vous formé ?

Il n’y a pas d’école, j’ai appris sur le tas en regardant beaucoup les catalogues de vente et les livres. C’est un travail qui n’est jamais terminé, il y a toujours des choses à apprendre.

Quelle pièce de votre stand souhaitez-vous mettre en avant ?

En ce moment, je présente une série de 12 coupes à champagne en argent massif, l’intérieur est en or. C’est un travail italien des années 60. Les pieds sont magnifiquement décorés de grappes de raisin. Ce qui m’amuse dans ces pièces, c’est le côté festif, cela change des coupes en cristal habituelles. Il est très agréable de boire dedans car elles gardent la fraîcheur et l’intérieur en or empêche d’altérer le gout du champagne.

Il est assez rare de trouver des ensembles de 12 car souvent les pièces en argent massif étaient refondues au gré des besoins financiers des propriétaires. Ce type de pièce étaient destinées à une clientèle haut de gamme, ce sont des commandes spéciales.

Que représente Paul Bert Serpette pour vous ?

La richesse de Paul Bert Serpette, c’est la diversité des objets proposés et l’exigence des marchands. C’est un peu comme une invitation au voyage où chaque semaine, il est possible de découvrir de nouvelles choses. La clientèle en quête de qualité nous pousse toujours à trouver des pièces qui sortent de l’ordinaire. Il y a une très belle clientèle, d’une grande diversité, que l’on ne trouve pas ailleurs. Ce sont des gens du monde entier qui ont toujours des demandes spécifiques. Les étrangers sont très friands d’orfèvrerie française qui est un gage de qualité. Tous les week-ends il se passe des nouvelles choses.