Dans l’œil de Stephen Wijnants, les vases Ronces de R. Lalique

Si la poésie du travail de René Lalique vous était contée, elle ne pourrait alors l’être que par Stephen Wijnants. Décors emprunts de faune et de flore, couleurs subtiles ou chatoyantes, les pièces de Lalique peuvent prendre place dans de multiples décors, des plus classiques au plus contemporains. Cette semaine, laissez-vous séduire par l’histoire de l’une des pièces favorites de ce marchand passionné, le vase Ronces.

Le vase Ronces a été créé en 1921, il fête ses 100 ans. Il mesure 24cm de hauteur et c’est un des modèles que Lalique ait réalisé en verre blanc patiné, opalescent, en verre jaune, orange, vert foncé, vert absinthe, bleu électrique, rouge et ambre.

L’intérêt de ce vase, dans l’œuvre de Lalique, est qu’il s’inscrit dans une période charnière où l’on sort de la grande influence de l’Art Nouveau pour rentrer dans cette période d’après-guerre, vers une esthétique plus sobre qui annonce l’Art Deco. Le vase Ronces est EN QUELQUE SORTE un trait d’union entre ces deux époques. Il conserve une inspiration très marquée du végétal avec ses lignes tournoyantes de ronces, donnant un fort relief au décor, tout en laissant la présence du fond apparaitre à l’arrière. Cette pièce incarne parfaitement cette période d’après 1900 où Lalique se modernise et laisse un peu derrière lui son métier de joailler. Les objets vont alors devenir plus volumineux, décorés de façon plus évidente pour répondre davantage au gout de la période Art Déco. Quant au vase Ronces lui, rappellera toujours la période 1900 et l’Ecole de Nancy.

 En 1910-1912, René Lalique découvre les flacons de parfums qui lui permettent après la guerre, de devenir un verrier industriel, développant un sens aigu des formes, des décors, des couleurs dans le verre et des patines. La vase Ronces est l’un des premiers modèles du catalogue de R. Lalique à avoir été décliné en plusieurs couleurs. Les couleurs sont obtenues par l’adjonction d’oxydes métalliques dans la fusion du verre. La pâte de verre est préparée avant d’être mise dans le moule, elle est fondue puis l’on rajoute les oxydes métalliques. Ainsi pour le verre bleu on ajoute du cobalt, le verre rouge du protoxyde de cuivre, le verre jaune par l’oxyde d’argent…

Si cette pièce me tient particulièrement à cœur. C’est sans doute parce que c’est le premier vase de couleur que j’ai acheté et dont je trouve la forme irréprochable. Elle est sobre, virile et extrêmement reconnaissable. Le décor de ronces est très fort, il épouse parfaitement la forme du vase. C’est un objet de très belles proportions.

Sa forme élancée de soliflore lui permet dans un espace réduit de s’exprimer parfaitement. Son décor reste toujours très visible. C’est pour moi l’un des grands atouts de ce vase.

Les vases Ronces sont centenaires mais ne sont absolument pas démodés. Ils s’intègrent parfaitement à tous les décors, ce qui est un signe de la qualité de cette pièce.

Toutes ces différentes qualités du vase Ronces constituent une signature en soit. Pour cela, ce vase ne peut-être que de Lalique !